Lorsque Kalhil Gibran disait « Le travail est l’amour rendu visible « , il ignorait sans doute qu’il annonçait un temps où la spiritualité rencontrerait le monde des affaires et où l’intelligence spirituelle trouverait sa place sur le lieu de travail et sur le CV des nouveaux dirigeants.

L’intelligence spirituelle est quelque chose que tout le monde possède mais que peu apprennent à développer. Chacun a reçu une éducation de base axée sur l’intelligence rationnelle et certains se sont récemment formés à l’intelligence émotionnelle.

La différence entre rationnel et émotionnel est très simple. Souvenez-vous de vos meilleurs
professeurs à l’école ou à l’université : vous vous souvenez comme ils étaient forts en mathématiques, en biologie ou en histoire. Ils avaient une excellente mémoire et un brillant esprit. Mais si vous les emmeniez dans un cocktail et les laissiez face à un autre invité, ils étaient bien embarrassés ! Ils étaient fermés aux émotions et aux sentiments des autres, ils disaient la mauvaise chose au mauvais moment et leurs propres émotions étaient assez mal contrôlées. C’est qu’ils avaient un haut quotient intellectuel (QI) mais un faible quotient émotionnel (QE). Ici QE signifie être conscient de ses propres émotions, capable de les reconnaître et de les maîtriser, tout en restant sensibles aux émotions des autres.

Malheureusement la plupart d’entre nous maîtrise assez mal la différence entre ses pensées et ses sentiments.
On pourrait dire qu’on manque d’intelligence intuitive. Pourtant si l’on interroge la plupart des entrepreneurs, des hommes d’affaires, des inventeurs ou même des scientifiques, ils  diront que leurs meilleures décisions ont été prises intuitivement. Et la plupart du temps dans leur bain ! Pourquoi ? Parce que c’est là que l’on se détend le mieux. Et, si le corps se détend, l’esprit suit et c’est alors que l’on peut commencer à capter cette petite voix intérieure de l’intuition, de la sagesse intérieure.

Tout le monde a cette voix subtile dans sa conscience. Mais très peu l’entendent. Pourquoi ? Trop de bruit, c’est à dire trop occupé à trop penser.
Alors, après le QI (Quotient Intellectuel), le QE (Quotient Emotionnel), le IC (Intiuitive Capacity), bienvenu au QS (Quotient Spirituel) !

La créativité, le sens, le but, les trois plus profondes motivations de l’être humain.

L’intelligence spirituelle a peu de chance de s’inscrire dans le collimateur de celui qui tend à voir le travail comme une corvée et le lieu de travail comme un lieu de torture. Pour le dirigeant plus éclairé, qui cherche à former des équipes soudées et à libérer le meilleur potentiel de chacun, l’intelligence spirituelle présente un intérêt certain. Un tel leader sait que le vrai sens de l’amour dans le monde du travail est l’énergie et l’enthousiasme qui vit dans le cœur de chaque être humain. Il sait aussi que cette énergie ne peut circuler dans la tâche que si trois conditions sont réunies : la créativité, le sens, le but, les trois plus profondes motivations de l’être humain. Sans opportunité d’être créatif et d’accomplir des actions qui ont du sens, pour une cause juste et valable, l’esprit et le cœur ne sont pas engagés dans ce que fait le corps.

Egaux vs Ego

Le défi pour n’importe quel manager ou leader est de donner aux collaborateurs des opportunités de participer à un processus créatif, de leur montrer comment ils peuvent faire leur travail de façon plus intéressante et de s’assurer que l’objectif est clair et utile. Rien de nouveau sous le soleil du management et du leadership. Pourtant, ces trois caractéristiques d’un milieu de travail dynamique se rencontrent rarement dans la réalité. Pourquoi ? Un facteur unique : l’ego.

C’est l’ego qui bloque toute forme de changement, de développement et d’amélioration à tous les niveaux pour les individus, les équipes et au sein des organisations. C’est l’ego qui annihile l’enthousiasme, sape la positivité et empoisonne les relations interpersonnelles de son cynisme. Alors que certaines approches psychologiques et beaucoup de gens croient que l’ego est un moteur essentiel de motivation, et donc une source de performance, l’intelligence spirituelle révèle qu’il est le seul et unique ennemi, la graine de tous les obstacles au progrès et la cause de tout conflit visible ou invisible.

Développer l’intelligence spirituelle permet de tuer l’ego avant qu’il ne tue la créativité, détruise le sens, fausse l’objectif et sabote les relations.

A quoi ressemble cette intelligence, aussi ancestrale que nouvelle, lorsqu’elle est en action ?
A rien qui s’apparente à un système de croyances religieux ou dogmatique. L’intelligence spirituelle est celle qui réside au cœur de tout être.

L’intelligence spirituelle est nécessaire pour :

•    Trouver et utiliser ses ressources intérieures les plus profondes pour développer la capacité à être attentionné, le pouvoir de tolérer et celui de s’adapter
•    Développer une vision claire et stable de soi-même, de son identité, dans un contexte de relations professionnelles mouvantes
•    Etre capable de discerner le sens réel des événements et circonstances et de donner du sens à son travail
•    Identifier et aligner ses valeurs personnelles avec une idée claire de son but
•    Vivre ces valeurs sans compromis et, ainsi, donner l’exemple de l’intégrité
•    Comprendre où et comment chacun des points évoqués ci dessus est saboté par l’ego, ce qui signifie être capable de comprendre et d’agir sur la véritable cause.
•    La mise en pratique de l’intelligence spirituelle a également pour résultats la capacité à rester calme et concentré face à la crise et au chaos, à adopter une attitude plus désintéressée et altruiste envers les autres et une perspective plus éclairée et plus détendue sur la vie.

Alors que beaucoup pensent qu’il n’y a rien de spirituel dans le travail et le lieu de travail, les applications de l’intelligence spirituelle dans la vie au travail sont nombreuses, et notamment :
•    Le sentiment de sécurité et ses effets sur l’efficience
•    Les relations et la compréhension mutuelle
•    Gérer le changement et dépasser les points de blocage

Le leader éclairé est celui qui s’est libéré d’une attitude basée sur l’ego pour adopter un style de management cohérent basé sur le respect, la confiance, une considération sans faille. Il sait reconnaitre la nécessité de servir les autres avec humilité, pour leur permettre de donner le meilleur d’eux-mêmes.

En conclusion, réconcilions toutes nos intelligences! Car le rationnel, l’intuitif, l’émotionnel et le spirituel ne sont pas séparés. Ils sont tous quatre intégrés dans notre conscience.

Mike George est à la fois consultant, coach, auteur et formateur. Il aide les managers et dirigeants à accroître la conscience et la compréhension de soi pour mieux cultiver les quatre niveaux d’intelligence dont ils ont besoin pour être créatifs et innovants, dans tout ce qu’ils font, et avec ceux qu’ils aspirent à diriger. En savoir plus >

Pin It on Pinterest