Manuel de Sousa, consultant SVMPar Manuel de Sousa

« La séduction représente la maîtrise de l’univers symbolique, alors que le  pouvoir ne représente que la maîtrise de l’univers réel. » Jean Baudrillard.

Le leadership est mort, vive le leadership !

A tous les regarder s’époumoner et s’empoigner pour gagner quelques points dans les sondages, je me demande si le jour J, celui du grand vote, on pourra vraiment  choisir entre deux personnalités politiques qui ont une vraie capacité à mobiliser des individus libres d’agir.  Puisqu’il s’agit déjà de leur leadership, je m’interroge aussi sur la part de séduction que chacun, à grand renfort de « personal branding » et de « story telling », exercera sur nos choix définitifs. Enfin, face à la complexité croissante qui est le terrain de jeu des gouvernants, je me pose la question de savoir si les veilles recettes du 20° siècle dicteront encore les stratégies de conquête, alors qu’en entreprise chacun sait que les ressorts du leadership tels que nous les avons connus sont morts et enterrés.

Progressivement ces dernières années, le portage haut et fort de toutes les problématiques d’un groupe par un seul individu est devenu un contresens. Quasiment personne ne veut plus se reconnaître dans la confiscation des situations et des solutions par une minorité représentée par un seul individu. Les entreprises ont appris à leurs dépens que l’exercice du pouvoir se partage et la gouvernance collective s’impose doucement. Vinci, Société Générale, PSA, Renault, et combien d’autres on vu et voient leurs leaders contestés.  Pourtant, « l’existence du leader se constate, plus qu’elle ne se proclame » disait encore Lionel Jospin la veille d’un 22 avril.  Alors, qu’est-ce qui a changé au royaume de ceux qui créent un monde auquel on a envie d’appartenir ?

Conductor directing symphony orchestra with performers on background.

>>Pour lire la suite, c’est ici

 

Pin It on Pinterest