3 idées pour

Ah, si le changement était vécu de façon rationnelle parce que décidé par chacun de vos collaborateurs, vous n’auriez sans doute pas à tenir compte de leurs émotions. Et pourtant, changement de procédures, changement de bureau, changement de modèle d’affaires, quel qu’il soit le changement génère des résistances. Elles sont bien identifiées sous la forme de la courbe de deuil, modélisée par Elisabeth Kubbler Ross. Alors, que faire de toutes ses résistances qui sont autant d’émotions distinctes et qui respectent le processus d’abandon de la situation connue pour aller vers l’inconnu. Franchement, cela n’a pas de bon sens en entreprise ? C’est vrai, quoi, les émotions doivent rester à la porte du travail…

 

La réalité est toute autre et faire avec les émotions des collaborateurs est aujourd’hui affaire de manager. Alors comment faire pour accompagner les étapes du deuil en situation de changement ?

Elisabeth Kubler- Ross et le deuil du changement

Les différentes émotions sont naturelles. Elle doivent être acceptées et considérées comme un indicateur d’acceptation du changement.

l'épape de dépression face au changement
Elisabeth Kubler- Ross et le deuil du changement
Manuel de Sousa

Manuel de Sousa

Consultant associé Souriez Vous Managez

1. Comprendre les différentes étapes du deuil :

Trois ans en moyenne : c’est le temps nécessaire à chacun d’entre nous pour effectuer un deuil, un vrai, celui de la perte d’un être cher.  Bien sûr, certains donnent l’illusion d’aller plus vite, tel l’Etranger d’Albert Camus bloqué sur l’étape du Déni. Certains ne s’en remettent vraiment jamais. C’est aussi le cas dans les organisations. Combien d’entreprises ont connu des fusions et voient encore leurs collaborateurs s’identifier avec l’ancien nom de l’entreprise ! C’est ce processus que la célèbre psychiatre a identifié pour les humains dans le cas d’une mort annoncée cela donne :

  • Sidération : premier choc émotionnel : « non »
  • Déni : « Ce n’est pas possible, ils ont dû se tromper. »
  • Colère : « Pourquoi moi et pas un autre ? Ce n’est pas juste ! »
  • Marchandage : « Laissez-moi vivre pour voir mes enfants diplômés. », « Je ferai ce que vous voudrez, faites-moi vivre quelques années de plus. »
  • Dépression : « Je suis si triste, pourquoi se préoccuper de quoi que ce soit ? », « Je vais mourir… »
  • Acceptation : « Maintenant, je suis prêt, j’attends mon dernier souffle »

 

Ces étapes ont été adaptées au monde de l’Enterprise avec une certaine véracité. Effectivement, passer d’une situation connue et stable à une situation inconnue et donc instable, présente les mêmes caractéristiques. Imaginez que vous annonciez à vos collaborateurs le déménagement imminent de vos bureaux dans une autre ville même proche ? Faites l’exercice et vous verrez que c’est exactement pareil !

 

2. Manager chaque étape du deuil :

Il est entendu que ces émotions sont naturelles et doivent être acceptées et considérées comme un indicateur d’acceptation du changement. Ainsi, il est utile d’adopter un management différencié à chaque étape :

 

  • L’étape de sidération : le non est franc, la personne ne l’entend pas : je l’accepte et j’essaye de m’appuyer sur ceux qui ne sont pas dans cet état. J’accueille, je laisse du temps, je répète l’information et surtout j’évite de me mettre en colère ou de mettre la pression.
  • L’étape de Déni, la personne refuse la réalité : je lui explique clairement, avec une certaine directivité, et surtout je ne laisse pas la personne se bercer d’illusions. Je suis clair.
  • La colère permet à la personne d’exprimer fortement ses ressentis, sa révolte, voire d’accuser. Je laisse passer, je vais même creuser en questionnant cette colère pour comprendre d’où vient ce refus. En aucun cas je censure cette saine colère, je montre qu’elle est entendue, car c’est le moment le plus fort en termes émotionnels.
  • Le marchandage, est le moment ou le collaborateur essaie d’obtenir des aménagements. Il est possible de négocier s’il existe de la latitude, et il est souhaitable d’indiquer les bénéfices de ce changement. Surtout, il faut éviter de promettre ce que vous ne pourrez pas tenir.
  • La dépression, est le moment ou la personne relâche sa résistance, et commence à vous faire la gueule. A défaut de changer le cours des choses, il est possible pour la personne de montrer physiquement la perte qu’elle ressent. Essayez de rester à l’écoute, faites preuve d’empathie et ne brusquez en aucun cas votre collaborateur car c’est l’étape qui permet la transition.
  • L’Acceptation, ouf, la personne accepte l’évidence, il est temps de lui donner des feed back positifs et de la remercier. Et enfin, éviter de relancer encore un changement car il va falloir quelques paliers de certitudes avant de continuer vos transformations…

 

3. Faire le deuil pour s’ouvrir à d’autres possibles:

En synthèse, vous avez la possibilité de raccourcir chaque étape, afin de limiter le mal être dont ces émotions sont le reflet. Ainsi, pourquoi ne pas utiliser des techniques créatives et collaboratives pour identifier les freins ? Laisser les émotions s’exprimer ? Pratiquez un management collaboratif ! Et n’oubliez pas d’interrogez vos collaborateurs une fois le changement accepté, sur « le cadeau caché » de tout cela.

 

« L’émotion nous égare, c’est son seul avantage » disait Oscar Wilde, c’est bien cela dont il s’agit : les résistances émotionnelles au changement, sont en définitive le chemin pour l’acceptation du changement. Voyez-le ainsi, et vous le managerez naturellement.   

manager son manager comment manager son N-1

3 idées pour : manager des managers

M2M, Manama… derrière ces dénominations amusantes, quel est le programme ? Quels sont les rôles et missions de ce super manager, pivot de l’entreprise ? Quelles différences avec un manager de proximité ? Posture, pratiques, capacités, 3 idées pour incarner le manager de managers

3 idées pour : animer des réunions productives

Vous êtes agacé(e) par ces réunions interminables qui débordent et s’enlisent dans les sables de l’ennui ? Qui commencent en retard, avec des personnes peu concernées, qui croisent plus souvent le regard de leurs amis Facebook que le vôtre ? Ces réunions qui se terminent à l’arrache, en bâclant les derniers points de l’ordre du jour. Et en plus, vous devrez en faire le compte rendu ! Voici comment organiser et animer des réunions vraiment efficaces ?

3 idées pour : motiver par la reconnaissance

Nombreux sont les managers qui ne font pas de compliments, considérant que « quand c’est bien, c’est juste normal ». Pourtant, la reconnaissance est la nourriture la plus précieuse des relations humaines, personnelles comme professionnelles.

génération Z

3 idées pour faire progresser un junior : c’est simple comme un jeu sur votre smartphone !

Nous y voilà, alors que ces derniers arrivent dans les entreprises en traînant des pieds, poussés par leurs parents qui leur parlent de vraie vie, les managers désarçonnés par leur manque d’implication ne savent pas bien comment les intégrer.
Alors, comment faire pour aider les juniors à progresser, et ainsi, les fidéliser ?

prendre des décisions dans un monde YUCA

3 idées pour : pour mieux décider dans un monde VUCA

Décider aujourd’hui est plus difficile qu’hier et sans doute moins que demain. D’abord, il faut décider vite car les délais sont de plus en plus réduits dans quantité de domaines : time to market dans l’industrie, temps de réponse pour un appel d’offres, retours aux clients…
Par ailleurs, le règne des injonctions paradoxales se manifeste partout. Il faut maintenir l’ordre sans blessure grave, recadrer sans démotiver, séduire sans harceler. Enfin, selon l’expression consacrée, le monde est devenu VUCA, Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu.

0 commentaires

Pin It on Pinterest