Article précédent >

Dessins de Forme
Comment mieux se connaître grâce au dessin, alors même qu’on ne sait pas dessiner ? C’est possible avec le dessin dynamique de formes qu’enseigne avec enthousiasme Christine Lorand à des enfants petits et grands. Et, comme le dit Christine : “Il vous suffit de suivre le flux de votre respiration, de votre mouvement intérieur et de vous laisser guider par la ligne, elle-même trace de mouvement…”

Au commencement était la forme…

Le dessin de formes est l’une des plus anciennes formes d’art de l’humanité. On retrouve des lignes / traces de mouvement dans le graphisme des tombes à couloir du 5e millénaire, comme en témoignent les pierres mégalithiques de Gavrinis dans le Morbihan. Prosper Mérimée qui les explore en 1832, en donne une définition : “… Ce sont des courbes, des lignes droites, brisées, tracées et combinées de cent manières différentes… chevrons, zigzags et bien d’autres traits impossibles à décrire”. On les observe aussi dans L’Ars lineandi dont Proclus, philosophe athénien, dit : « L’Ars lineandi est la réminiscence des idées invisibles dans l’âme, il donne vie à ses propres connaissances et éveille l’esprit.».

Pour Rudolf Steiner, père de l’Anthroposophie, les formes “ordonnent notre sensibilité”. C’est en août 1919, lors de sa formation aux enseignants de la première école Waldorf, qu’il reprend et développe cette tradition ancienne de la ligne-trace, à propos des tempéraments.

Une ligne et un point, c’est tout !

Dessins de forme
Droite, brisée, courbe, ondulée, horizontale, verticale ou oblique la ligne est une force vivante exercée dans une certaine direction. Chaque ligne produit un effet subjectif et a une tonalité affective : froide ou sombre, lumineuse ou chaude. Et voilà que derrière chacune d’entre elles, se dessinnent des archétypes : lumière, pensée, esprit, père, masculin, décision, action… Mais aussi doigt, os, pilier, félin, mammifère, tige des plantes, conifères, etc. Ou encore : monde, chaleur, terre, plénitude, mère, féminin, accueil, protection, fleurs, poissons, oiseaux, nuit…

La ligne se projette t-elle d’elle-même vers l’infini ou bien est-ce la pensée qui la projette à l’infini ? Une ligne est une longueur sans largeur. Une fois densifiée, elle devient surface. Une ligne se compose d’une infinité de points alignés en suivant toujours la même direction, dans un même mouvement puisque rien n’est immobile dans l’univers…
Le point, comme le formalise Euclide, n’a ni longueur, ni largeur, ni épaisseur. Ce n’est qu’une fois représenté qu’il acquiert longueur, largeur et épaisseur. Le point géométrique n’existe que dans l’esprit. Il naît de la rencontre de deux ou plusieurs droites. Ce peut être une petite tache de couleur déposée par l’artiste sur sa toile. En ce sens, il n’est ni point géométrique, ni abstraction mathématique; il possède une certaine extension, une forme et une couleur, comme le souligne Kandinsky.

L’effet “dessin de forme”

Le dessin de formes ne fait pas appel au figuratif et ne porte pas sur un objet spécifique. Il s’appuie sur le vivant et s’exprime dans le mouvement avec ses propres accentuations et ses propres rythmes. En dessinant vous prenez conscience de votre propre corps, de votre rythme cardiaque et de celui de votre respiration. Petit à petit, votre esprit se calme. Dans un même temps, vous veillez à ce qu’il ne s’éloigne pas trop et revenez au geste accompli et à la trace laissée sur la feuille.
Alors que vous pratiquez ces différents tracés, vous percevez l’organisation de l’espace intérieur, en vous, et extérieur, autour de vous, sur votre feuille et dans la pièce. Vous revivifiez en vous les fondamentaux comme la verticale, l’horizontale ou l’oblique, la gauche et la droite, le haut et le bas, le centre vers la périphérie et la périphérie vers le centre, le rond et le pointu, le doux et l’anguleux, l’expansion et la contraction, l’ici et maintenant.
Ces mouvements et exercices rythmiques vous conduisent à une métamorphose intérieure et extérieure. Vous découvrez en vous des forces nouvelles. Vous répétez, complétez transformez, imaginez, créez. Vous vous reconnectez à votre enfant intérieur, votre enfant libre, celui que nous portons tous depuis la naissance et qui nous unit en tant qu’êtres humains.

Le second effet “dessin de forme”

Dessins de formeLes formes tracées dans la journée continuent à vibrer en vous pendant la phase du sommeil. Elles génèrent harmonisation, stimulation et fortification du corps éthérique qui favorise une mobilité et une vivification intense du corps physique.
Le dessin de formes éduque le sens de la volonté, l’Idée juste de la réalité entre mouvement et équilibre. Il fortifie et affermit le moi, permet une incarnation harmonieuse du corps, développe imagination, tact, liberté, délicatesse, intuition et don de soi. Il est un excellent remède contre la dispersion.

Et Christine de conclure : ” Que font nos yeux lorsqu’ils suivent une forme tracée sur une feuille ?
Ils la délivrent et la libèrent de la feuille… Ne ratez pas cette rencontre avec vous-même dans la pulsion de vie de l’instant présent !”

Christine Lorand

Christine Lorand

Accompagnement holistique de la personne.
Accompagnement scolaire, éducatif, créatif et artistique personnalisé de l’enfant, l’adolescent et l’adulte.

Prochains ateliers de dessin de formes
Les dimanches 06 janvier, 03 février, 10 mars, 07 avril, 05 mai et 02 juin 2013 de 10h à 12h à l’espace Carpe Diem au 19, rue Gabriel Péri à Carrières sur Seine.

En savoir plus sur christinelorand.com/

Pin It on Pinterest